Rechercher

La culpabilité des aidants naturels

Mis à jour : mars 13


La culpabilité des aidants naturels

Nous avons souvent une grande facilité à juger bien sévèrement les sentiments qui apparaissent en nous. Ceux-ci nous isolent dans un coin, en double contrainte, nous font rapidement prisonniers de sentiments contradictoires qui en viennent malheureusement à donner naissance à une omniprésente culpabilité.


Des choix souvent difficiles à prendre


Les tâches et les responsabilités liées au rôle d’un aidant sont parfois déstabilisantes. Prendre soin d'une personne s’avère en effet une expérience troublante qui occasionne plusieurs bouleversements dans notre quotidien. Avoir la responsabilité des prises de décision, des soins physiques et psychologiques, la gestion des aspects juridiques tout en faisant face aux défi des ressources financières, donne ainsi lieu parfois à un lourd sentiment d'impuissance. Et puis voilà ! on se questionne… est-ce le bon choix ? ai-je pris la bonne décision?


Comment se défaire de la culpabilité ?


En ce qui a trait aux tâches faciles et agréables, il s’avère facile d’y trouver de la satisfaction, voire du plaisir. Or, ce foutu sentiment de culpabilité peut refaire surface à tout moment! Alors, comment s'en défaire ? Lorsque la frustration, l’impatience et l’impuissance sont dirigées contre nous-mêmes et parfois contre les personnes atteintes.

Nous devons bien entendu nous donner le droit de vivre ses émotions car, après tout on est humain ! Bien que ce ne soit pas facile, surtout lorsque les émotions s’entremêlent au cours d’une même journée, nous faisons alors face à une double contrainte : soit celle de se sentir coupable de vaquer à nos activités en prenant un peu de temps pour nous, soit celle de se sentir coupable face à nos imperfections, face à notre droit de ressentir des émotions contradictoires comme du désespoir, de l’espoir, de la tristesse ou de la joie, etc. Toutes ces dualités émotives internes nourrissent ainsi bon nombre de nos frustrations et culpabilité.


L’importance réside dans la prise de conscience de nos limites à titre d’humain. En s’observant et en acceptant que nous ne soyons pas habitués à être confrontés à tant d’émotions en même temps. L’humour figure parmi les solutions les plus simples vous permettant d’alléger les situations. En apprenant à ajouter un brin de rire et de légèreté dans vos réactions, vous serez ainsi plus facilement en mesure d’adapter vos interventions tout en leur ajoutant de la souplesse.


Nous avons toute notre façon bien personnelle de vivre nos émotions. Lorsque la culpabilité se pointe, l’important est d’en prendre conscience, de le reconnaître sans jugement et de demander de l'aide afin de trouver des outils pour mieux la gérer au besoin.


Vous ! chers aidants, bravo pour votre dévouement.


La bienveillance est au cœur de la compassion et vous pousse a vouloir les aider de notre mieux. Mais les jours ne se ressemblent pas, parfois il y a des jours meilleurs et d’autres moins bons, à ce moment la bienveillance et compassion trouvera un chemin vers vous…


Après tout on est humain ! il est normal que certains jours on ne soit pas à notre meilleur !


Saviez-vous que ...


Services Huma offre le service de répit pour les aidants naturels ?

Découvrez notre service